Navigation – Plan du site
Revue des revues

Annales, Histoire, Sciences Sociales.
n° 3, mai-juin 1999

Fouad Soufi
p. 188-190

Texte intégral

1Signalons parmi les excellents articles de ce numéro, celui d’Alain Boureau : les moines anglais et la construction du politique (début du 13e siècle) qui nous renvoie à la place historique de nos fuqqaha à la même période, la note critique de Christine Klapisch-Zuber Parrains et compères. A propos d’un bon rapport social, et celui de Delphine Gardey : Mécaniser l’écriture et photographier la parole. Des utopies au monde du bureau, histoire de genre et de techniques. La dactylographie et les dames dactylographes deviennent des sujets d’histoire.

2Notre attention aura été plus particulièrement retenue par les contributions d’Abdelmajid Hannoum et de Mercedes Garcia Arenal.

3Abdelmajid Hannoum évalue dans son article intitulé Historiographie et légende au Maghreb : la Kahina ou la production d’une mémoire, la place de la Kahina dans l’historiographie arabo-musulmane des 9è et 10è siècles, puis maghrébine après le l3è siècle puis au 19è siècle chez l’historien tunisien Ibn Diyàf et chez l’historien marocain Nâsiri. Il est remarquable qu’un siècle avant eux, l’historien algérien Abu Ras (qui sur nombre de questions cite et critique Ibi’ Khaldun) rapporte l’épisode de Kusayla et ne mentionne pas celui de la Kahina.

4Mercedes Garcia Arenal, de son côté, esquisse une comparaison des stéréotypes dans les travaux des historiens européens et américains de l’Espagne et ceux du Maghreb au 19è siècle. Quatre remarques s’imposent :

51) En fait de Maghreb, il s’agit uniquement du Maroc. Pourtant, il me semble que Louis Rinn comme, par la suite, Xavier Coppolani, ces historiens d’occasion » ont cherché dans le Maroc le livre d’histoire vivant de l’Algérie autant sinon plus que des éléments pour une « pénétration pacifique » de ce pays. Auguste Moulieras, qui était tout de même titulaire de la chaire d’arabe à Oran, participait au grand mouvement qui agitait les milieux colonistes d’Oranie : le fameux Comité Oranais du Maroc. D’où un ouvrage en deux tomes sur le Maroc septentrional.

62) Le personnage central de l’historiographie coloniale est certainement beaucoup plus E.F. Gautier que S. Gsell. L’idée qui veut que le Maghreb est une no idea producing area est certes de C. Callagher que cite l’auteur, mais c’est Gautier qui le premier a développé la thèse du Maghreb petit traînard incapable de se construire un Etat, incapable de prendre en charge son histoire. Et l’auteur montre bien le parallèle qui peut être fait entre la vision de l’histoire de l’Espagne d’un auteur américain (W. H. Prescott) et celle développée sur le Maghreb par l’historiographie coloniale : les différentes invasions de l’Espagne (et du Maghreb) expliqueraient leur ingouvernabilité et leur manque de cohésion en tant que nation. Par contre, notre auteur montre bien le poids des clichés péjoratifs cultivés tant en Espagne qu’au Maghreb.

73) Si les historiens espagnols d’aujourd’hui créent et croient à une Espagne... qui appartient pleinement à la civilisation européenne... c’est-à-dire si le débat qui avait opposé en son temps Menendez Pidal à Sanchez Aibornoz autour de l’héritage arabo-musulman (exogène pour l’un, endogène pour l’autre) est clos aujourd’hui, il faut croire qu’il s’est achevé par la victoire des idées de ce dernier : la trajectoire espagnole est pleinement européenne et aucunement singulière écrit simplement M. Garcia Arenal. Mais il s’agit là d’un problème hispano-espagnol.

84) La conclusion mérite une attention particulière. Le fait qu’une première version de ce texte ait été présentée à Fès en 1995 au cours du Colloque Historiens du Maghreb, Historiens au Maghreb accrédite l’idée qu’il s’adresse aussi et surtout aux historiens maghrébins. Evoquer la rhétorique actuelle des publicistes et des médias sur l’Islam lorsque l’on a pour objet d’étude les historiens du Maghreb, c’est opérer, même involontairement, un double glissement regrettable, sur les producteurs du savoir historique et sur leur objet. N’y aurait-il pas, quelque part, une pointe de procès d’intention fait à l’endroit des historiens maghrébins, lorsque l’on dit : au moment d’écrire sa propre histoire, développer une polémique ne fait que nourrir un discours nationaliste et réactionnaire ? La question est d’importance, le risque est réel et grand. Mais, quelle société n’a jamais produit plusieurs discours sur son passé ? L’instrumentalisation de l’histoire du Maghreb au Maghreb (hier et aujourd’hui) n’a rien de spécifique, ni d’original. Et loin de ces faiseurs de mythes et de monstres, des historiens à l’exemple de A. Laroui (que cite à juste titre l’auteur), et sans être toujours d’accord avec lui, explorent les vastes champs de l’histoire maghrébine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fouad Soufi, « Annales, Histoire, Sciences Sociales.
n° 3, mai-juin 1999
 », Insaniyat / إنسانيات, 8 | 1999, 188-190.

Référence électronique

Fouad Soufi, « Annales, Histoire, Sciences Sociales.
n° 3, mai-juin 1999
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 8 | 1999, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/8360

Haut de page

Auteur

Fouad Soufi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page