Navigation – Plan du site
Hommage

In memoriam
Françoise Navez-Bouchanine
(15/04/1949 - 15/06/2008)

Madani Safar Zitoun
p. 7-9

Texte intégral

1Avec la disparition de Françoise Navez-Bouchanine, la communauté internationale des sociologues urbains vient de perdre l’un de ses représentants les plus talentueux et les plus féconds. Par ses écrits rigoureux et percutants, mais aussi par son inlassable activité de recherche et ses combats citoyens en faveur d’une juste approche de la question de l’habitat des populations démunies, Mme. Navez-Bouchanine aura été l’exemple vivant d’une vraie militante de la cause sociologique dans un contexte qui était loin d’être favorable, celui du Maroc des années soixante dix. Quel parcours formidable en effet que celui de cette sociologue d’origine belge, mais marocaine de cœur et d’adoption, d’avoir réussi à travers une oeuvre de qualité, à construire une présence institutionnelle forte et unique au niveau du Maghreb d’une discipline taxée de subversive et frappée par les gouvernants de l’époque d’interdiction d’enseignement universitaire. Et c’est peut être à l’aune de l’immensité des défis pour reconstruire non seulement la crédibilité scientifique de l’approche sociologique dans le domaine des études urbaines, mais aussi la démonstration de son utilité sociale dans les opérations d’habitat qu’il faut mesurer la pugnacité et l’importance de l’apport de Mme Navez-Bouchanine. Sa carrière, commencée non pas comme beaucoup de sociologues, dans les amphis et les salles de cours, mais dans la sphère de l’expertise et de la consultation où elle avait eu à se colleter avec la triste réalité des bidonvilles marocains, explique la singularité d’un cheminement intellectuel ne laissant pas de place aux envolées lyriques et autres effets de discours et de mode qui avaient encombré la scène sociologique des années quatre vingt. Son premier ouvrage “Vivre la ville marocaine”, qui reprenait de manière magistrale la matière d’une thèse de doctorat d’Etat qu’elle avait tenu à soutenir dans une université marocaine, alors qu’elle avait la possibilité de le faire ailleurs en Europe, consignait les résultats de ses premiers travaux de terrain et fournissait dès le départ les fondements de sa posture intellectuelle et de ses exigences scientifiques : construire la connaissance de la réalité urbaine à partir de l’empirique, et non pas le contraire, dire et donner un sens intelligible pour les "décideurs" à la parole habitante, à la misère du monde du bidonville et de l’exclusion.

2La suite de sa carrière, comme enseignante et surtout comme chercheure engagée dans des programmes de recherche sur les questions d’habitat, mais aussi comme consultante auprès d’organismes internationaux et locaux marocains lui permet de passer à une phase très productive, couronnée par la publication de plusieurs ouvrages, dans laquelle on lui reconnaît le talent inimitable de réaliser l’exercice, ô combien périlleux, de naviguer avec beaucoup de sagacité et de rigueur entre les contraintes de l’expertise et la rigueur d’une science sociale bien ordonnée. Ses travaux d’évaluation des politiques de résorption des bidonvilles, issus de préoccupations de prise en charge de la "dimension sociale" dans les opérations d’habitat qu’elle a su faire partager avec conviction aux décideurs de l’urbain, s’illustrent en 2002 par l’organisation d’un colloque international de haute facture ayant réussi la gageure de réunir universitaires, décideurs politiques et techniciens autour de la question de "l’habitat des populations démunies : pratiques émergentes". Ses nombreuses activités en France et son passage à URBAMA (Tours) en particulier constitueront par la suite, du point de vue des thèmes qu’elle eut à investir dans le cadre de groupes de recherche franco-maghrébins, comme la question de la "fragmentation spatiale", celle de "L’entre-deux des politiques institutionnelles et des pratiques habitantes" (programme PRUD) etc… , le point d’orgue d’un parcours exemplaire tout entièrement construit autour d’une idée force : celle de comprendre les conditions sociologiques de l’efficacité de l’action publique en milieu urbain.

3Françoise Navez-Bouchanine a beaucoup donné à la sociologie urbaine maghrébine et mondiale. Pour les chercheurs algériens qui l’ont côtoyée dans les colloques et journées d’études organisées à Alger, Oran, Constantine, etc… et qui eurent la chance inestimable de travailler avec elle, elle a apporté plus que son enthousiasme et son empathie pour un pays qu’elle aimait : une posture de recul critique et d’écoute attentive de ses évolutions et soubresauts débouchant immanquablement sur des interrogations pertinentes et fécondes. Ses interventions lucides lors des séminaires de formation doctorale qu’elle a animés et dirigés à l’Université de Tours (URBAMA) et auxquels ont participé beaucoup de doctorants et chercheurs algériens auront puissamment contribué à faire avancer la réflexion sur le fait urbain dans notre pays. Et jusqu’à la veille de sa mort, elle est restée attentive à mes propos et aux questions qu’elle se posait sur le sort qui était fait à la sociologie urbaine dans les opérations d’habitat en Algérie. Et j’avoue ne pas avoir osé lui dire que c’était une portion plutôt congrue, négligeable. Peut-être nous a-t-il manqué, nous sociologues algériens, de ne pas avoir fait la preuve de la pugnacité et du talent de la chère disparue. Il nous reste quand même, par delà de l’image de la grande dame quelle était, ses écrits percutants et les leçons de rigueur scientifique qu’elle nous a légués.

Quelques ouvrages et travaux

Ouvrages individuels

Les interventions en bidonville au Maroc. Une évaluation sociale, Rabat, Publication ANHI, 2002, 301 p.

Habiter la ville marocaine, Co-édition Gaetan Morin, Casablanca et Paris, L’Harmattan, 1997, 315 p., épuisé.

Enquête, mode d’emploi. Techniques d’enquête et collecte de données dans les enquêtes socio-économiques, Ed. Dar Khattabi, Casablanca, 1989, 292 p., épuisé.

Ouvrages collectifs (sous la direction de Françoise Navez-Bouchanine)

La fragmentation en question, des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale, Paris, L’Harmattan, Collection Villes et Entreprises, 2002, 411 p.

L’évaluation des projets de développement urbain, AERAU, Rabat, 1996, 264 p., Actes de l’atelier international de Rabat, 1993.

Ouvrages collectifs (en co-direction)

Gestion du développement urbain et stratégies résidentielles des habitants, en co-direction avec F. Dansereau, Paris, L’Harmattan, Collection Villes et Entreprises, 2002, 356 p.

Intermédiation sociale et citoyenneté urbaine, en co-direction avec A. Hayot, Association Villes et Territoires Méditerranéens, Marseille, 1997, 96 p.

Quelques articles et travaux

Navez-Bouchanine, F., « L’entre-deux des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales. Liban, Mauritanie, Maroc, Algérie », in Recherches PRUD, Synthèse des résultats, document provisoire, Paris, PRUD, GEMDEV, ISTED, Avril 2004.

Navez-Bouchanine, F., « La prise en compte des dimensions sociales » in Guide d’intervention Patrimoine Culturel et Développement Durable, UNESCO, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madani Safar Zitoun, « In memoriam
Françoise Navez-Bouchanine
(15/04/1949 - 15/06/2008)
 », Insaniyat / إنسانيات, 41 | 2008, 7-9.

Référence électronique

Madani Safar Zitoun, « In memoriam
Françoise Navez-Bouchanine
(15/04/1949 - 15/06/2008)
 », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 41 | 2008, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/9296

Haut de page

Auteur

Madani Safar Zitoun

fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page