Navigation – Plan du site
Lectures croisées

Henri-Irénée MARROU, André MANDOUZE, Paul-Albert FÉVRIER... ou l’engagement politique des intellectuels chrétiens durant la Guerre de libération algérienne (1954-1962)

À propos de trois ouvrages récents
Saddek Benkada
p. 147-175
Référence(s) :

RICHÉ Pierre, Henri-Irénée Marrou, historien engagé. Préfacé par René Rémond, Paris, Éd. du Cerf, coll. "Histoire-biographie", 2003, 410 p.

MANDOUZE, André*, - Mémoires d’Outre-siècle, t. I, D’une résistance à une autre, Paris, Viviane Hamy, 1998, 399 p.
Mémoires d’Outre-siècle, t. II, 1962-1981, À gauche toute, bon Dieu !, Paris, Éd. du Cerf, 2003, 497 p.

GUILLON, Jean-Marie, Paul-Albert Février. Un Historien dans la guerre d’Algérie, un engagement chrétien 1959-1962. Préface par Pierre Vidal-Naquet, postface par André Mandouze, Paris, Éd. du Cerf, 2006, 525 p.

Texte intégral

  • 1 Cf. à ce propos les études fouillées sur la question :
    - Bédarida, François et Fouilloux, Étienne ( (...)

1Je ne sais par lequel des trois ouvrages commencer, tant chacun d’eux, vient coup sur coup nous rappeler ce qu’a été la prise de position des chrétiens tant catholiques que protestants devant le cas de conscience français posé par la guerre en Algérie et qui a amené beaucoup d’entre eux à opter ouvertement pour un engagement aux côtés du FLN. On s’était longtemps demandé si cet engagement a été plutôt d’ordre religieux ou d’ordre politique ? Dans de nombreux cas, on peut affirmer qu’il relevait aussi bien de l’engagement moral mû par une profonde conviction de la foi qu’au nom de principes politiques où on sentait nettement l’influence des idéaux républicains de liberté et de justice.1

2Trois ouvrages dont les personnages centraux par pur hasard des événements ou par connivence avec eux, sont liés par trois principaux dénominateurs communs : leur inébranlable foi chrétienne, leur engagement algérien et leur passion pour Saint Augustin. Tous les trois, à un moment ou à un autre de leur vie, leurs chemins se sont croisés et se sont par la force de leur conviction, trouvés engagés dans le même combat pour la parole de la vérité.

  • 2 Les ouvrages précédents publiés en hommage à Paul-Albert, Février :
    - La Méditerranée de Février, Pa (...)
  • 3 Février, Paul-Albert, Parmi nous, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004, (...)

3Deux ouvrages, l’un biographique et l’autre autobiographique, dévoilent le parcours exceptionnel de deux intellectuels catholiques notoires, agissant hors de l’institution ecclésiale, à savoir, Henri-Irénée Marrou et André Mandouze. Le troisième livre est un hommage de plus rendu à Paul-Albert Février2, qui, selon l’expression d’André Mandouze, fut, « le type même du chercheur supérieurement armé pour l’aventure de l’Antiquité tardive telle que [son] maître et ami Henri-Irénée Marrou l’avait rêvée »3. Là, aussi, la présence de Saint Augustin se fait heureusement sentir.

4Leur position, comme celle de nombreux chrétiens à l’époque, était moralement prise au nom des valeurs humanistes chrétiennes. De nombreux grands intellectuels qu’ils soient chrétiens de gauche (A. Mandouze, Robert Barrat, Jean-Marie Domenach, Jacques Madaule), chrétiens humanistes (H. Marrou, Louis Massignon) ou chrétiens avec une légère sensibilité de droite (François Mauriac) ; ont été les guides éclairés et les éveilleurs de conscience de l’opinion publique chrétienne sur ce qui se passait en Algérie comme horreurs.

  • 4 Michelet, Edmond, Contre la guerre civile, Paris, 1957.

5Leur opposition ouverte contre la torture, contre la misère et contre la poursuite de la guerre, avait fortement marqué le mouvement chrétien d’opposition à la guerre d’Algérie et influencé toute une génération de jeunes catholiques et protestants. Ce qui a fait d’ailleurs reconnaître à Edmond Michelet que : « La guerre d’Algérie a suscité jusqu’ici beaucoup de mouvements d’opinion. La place du chrétien y a été souvent déterminante »4.

1. L’ouvrage de Pierre Riché

  • 5 Marrou n’aura la possibilité de visiter l’Algérie qu’en 1963. Accompagné de sa femme Jeanne, il fut (...)

6Le hasard est parfois un généreux complice de l’historien. En fait, c’est durant mon séjour à l’École Française de Rome, au mois de novembre 2005, que j’ai découvert dans la très riche bibliothèque du Palais Farnèse, le livre de Pierre Riché consacré à Henri-Irénée Marrou. Je ne pouvais donc mieux espérer d’un si symbolique et inspirateur lieu, pour commencer à rédiger la présente note de lecture sur cet ouvrage consacré à Marrou ; lui, qui avait tant connu et aimé l’Algérie durant son séjour dans cette prestigieuse institution culturelle française de l’étranger5.

7L’entretien que m’avait très aimablement accordé Michel Gras, directeur de l’École Française de Rome avait tourné précisément autour de l’évocation des séjours des antiquisants qui ont consacré leurs travaux de recherche à l’histoire antique de l’Algérie, tels que : .... Pachtère, Jérome Carcopino, Jean Amrouche, H.-I. Marrou, André Mandouze, Pierre-Albert Février etc...

  • 6 Mayeur, J.-M. et Pietri, C., Crise de notre temps et réflexion chrétienne (de 1930 à 1975), Paris, (...)

8En plus de l’excellente évocation qui lui a été dédiée il y’a quelques années par Jean-Marie Mayeur et Charles Piétri6, et dans laquelle, Pierre Vidal-Naquet, ancien élève d’Henri Marrou, apporte un exaltant témoignage, à vrai dire beaucoup plus centré sur l’ami que sur le maître que fut Marrou, Pierre Riché, en disciple ayant longtemps vécu aux cotés du maître, complète merveilleusement le tableau, en éclairant davantage de nombreuses zones d’ombre de la vie et de la carrière du distingué savant, spécialiste de l’Antiquité tardive. Il nous fait partager tout au long de ce livre les passions qui animèrent son action pour les causes justes et les choix qu’il prit au nom de ses profondes convictions catholiques.

9Pierre Riché, consacre au rapport de H.-I. Marrou avec l’Algérie, trois excellents paragraphes : « H.-I. Marrou et l’affaire algérienne » (p. 238), « Avant la guerre d’Algérie, (p.238) et « Marrou et l’Algérie » (p. 240).

10Henri-Irénée Marrou (1904-1977), bien que n’ayant pas vécu en Algérie, n’en avait pas moins été un des plus remarquables intellectuels catholiques qui a eu le courage de s’élever avec véhémence et indignation contre toute forme d’avilissement et de rabaissement de l’être humain au nom de prétendu droits historiques sur une terre et son peuple.

11Déjà, sous l’occupation, au moment où les troupes allemandes défilaient triomphalement dans Paris, sous les fenêtres de la Sorbonne, il ne put s’empêcher au risque de sa vie, d’appeler publiquement étudiants et enseignants à rejoindre les forces de la Résistance.

  • 7 Riché, Pierre, Marrou, Henri-Irénée, historien engagé, op. cit. p. 240.

12Sur les Evénements de mai 1945 en Algérie, P. Riché explique que, « Comme beaucoup de Français dans l’exubérance de la fin de la guerre, le soulèvement du 8 mai 1945 dans la région de Sétif et la répression qui fit des milliers de victimes, ont sans doute échappé à H.-I. Marrou. Moi même, reconnaît-il, nommé après l’agrégation professeur à Constantine, je ne l’ai appris qu’à mon arrivée en Algérie (en 1948) »7.

13Frappé par l’horreur de cette répression injuste, H.-I. Marrou, s’engage dès 1947 aux cotés d’autres intellectuels catholiques très au fait des réalités maghrébines en général et algériennes en particulier, comme le professeur Louis Massignon.

14Il rejoint ce dernier qui vient de fonder le "Comité chrétien pour l’entente entre la France et l’Islam". C’est l’époque, où, un autre intellectuel catholique, André Mandouze, commençait à se faire connaître par ses écrits anticolonialistes publiés par la revue Esprit. (cf. le compte rendu de l’ouvrage d’André Mandouze).

  • 8 Ibid., p. 241.

15H.-I. Marrou de plus en plus convaincu par la justesse du combat des peuples du Maghreb pour leur indépendance, s’engage à fond dans la voie de la solidarité agissante et décide de faire entendre sa voix, « déjà en 1949, écrit P. Riché, dans Esprit il avait rappelé que les Déclarations de droits de l’homme de 1789 et de 1948 s’élevaient contre les méthodes brutales : "Vous connaissez bien ces textes, écrivait-il, je vous conseille de bien les retenir et de les citer à l’occasion par exemple lors du premier entretien un peu intime que vous aurez un de ces jours avec les flics". (Esprit, novembre 1949, p. 793), "Les droits de l’homme au musée Galliéra" »8.

  • 9 Ibid. p. 241.

16Sa prise de position en faveur du respect de la dignité humaine et son opposition ouverte contre la répression et plus tard contre la torture « lui valent des inimitiés parmi ses collègues. On ne lui pardonne pas d’avoir signé dans L’express le 7 novembre 1953 (1954 ?), l’ "Appel des intellectuels pour la paix en Algérie" »9.

  • 10 Vidal-Naquet, Pierre, Mémoires. Le trouble et la lumière, Paris, Le Seuil, La Découverte, 1998, p.  (...)

17Pierre Vidal-Naquet rapporte dans ses Mémoires, qu’en janvier 1955 Marrou dit à quelques étudiants agrégatifs : « Avez-vous vu les mesures que prend Mendès-France pour mettre un terme contre la torture en Algérie ? Il transfère en France des policiers algériens et envoie en Algérie des policiers français, le résultat est infaillible, les méthodes utilisées en Algérie seront importées en France ».10

18Cet inconditionnel partisan du respect de la dignité humaine, va très vite s’enflammer pour la cause algérienne pour laquelle, il n’hésite pas de joindre l’acte à la parole, en dénonçant avec force la pratique de la torture en Algérie.

19Henri-Irénée Marrou comme bon nombre d’intellectuels chrétiens, anciens résistants, considéraient que les maquis algériens, n’étaient que la continuité logique des maquis du Vercors. Et la police coloniale assimilée sans ambages à la Gestapo. C’est ainsi que le 5 avril 1956, il fait publier dans une "Libre opinion" du journal Le Monde, la plus véhémente dénonciation de la torture restée célèbre par son titre émouvant : France, ma patrie...

  • 11 Mandouze, André, Mémoires d’Outre-siècle, t.I, D’une résistance à une autre, Paris, Viviane Hamy, 1 (...)

20Celui, qui fut comme l’a appelé André Mandouze « l’un des plus célèbres disciples vivants de Saint Augustin », donne la mesure de son engagement humaniste en faveur de la cause algérienne : « Je ne suis ni journaliste professionnel ni homme politique : je témoigne ici en simple citoyen que sa conscience tourmente et qui constate n’être pas le seul à éprouver cette lourde gêne, cette inquiétude, cette angoisse... Historien, je me refuse à toute classification manichéenne...Théologien, j’ai appris de mon maître Saint Augustin, ce Berbère, que toutes les notions qui se manifestent dans l’histoire sont nécessairement un mélange, pour nous inextricable, de Cité du Bien et de Cité du Mal [...] À qui fera-t-on croire que, les fellagha ne sont qu’un ramassis hétéroclite de repris de justice, de fanatiques religieux et d’agents de l’impérialisme égyptien ? ce n’est pas à nous en tout cas, les anciens résistants, qui savons ce qu’est un maquis et qu’il ne peut tenir qu’avec la complicité profonde d’au moins la grande masse de la population...Passant à la torture, je ne puis éviter de parler de "Gestapo" : partout en Algérie, la chose n’est ni niée par personne, ont été installés de véritables laboratoires de torture, avec baignoire électrique et tout ce qu’il faut, et cela est une honte pour le pays de la Révolution française et de l’affaire Dreyfus ». Il conclut sur « le cri de nos pères » : « La patrie est en danger », et proclame avec force : « Je redis que pour nous Français, la France n’est pas la France si elle se montre infidèle à l’image idéale qu’elle s’est proposée d’incarner »11 .

21La réaction ne se fit pas attendre de la part de la police du gouvernement "national-mollétiste" farouchement opposé à toute solution pacifique du problème algérien. Quatre jours après la publication de l’article, le 9 avril 1956, la DST fait sans ménagement une descente de perquisition au domicile parisien du professeur Marrou. Les policiers, sur incitation provocatrice du ministre de l’Intérieur, dira André Mandouze, bouleversent de fonds en comble l’appartement.

22Historien du "Bas Empire" (une expression qu’il n’aimait pas, selon P. Vidal-Naquet), disons ce spécialiste de l’Antiquité tardive était mondialement connu pour ses travaux sur l’histoire et la culture des premiers temps du christianisme, plus particulièrement de la pensée de Saint Augustin, qui lui firent gagner la sympathie de la communauté universitaire, plus particulièrement celle de ses étudiants toutes tendances politiques confondues.

  • 12 Cf. les Actes du symposium de Bordeaux, publiés à Paris, Maisonneuve et Larose 1957, pp. 115-116.

23Ses connaissances théologiques et ses relations très étroites avec l’Église et notamment avec le Vatican, faisaient que la voix de Marrou résonnait fortement dans l’arène de l’opinion publique chrétienne en France de façon particulière, et à l’étranger de façon générale. À l’évidence, cela n’était pas du tout pour plaire aux nationaux-catholiques et aux ultras d’Alger. Témoin de cette hostilité à Marrou, l’incident qui s’est produit en 1956 à Bordeaux où se tenait, le symposium sur "Le classicisme et le déclin culturel dans l’histoire de l’Islam". Les universitaires d’Alger présents à ce symposium prennent violemment à partie Marrou, particulièrement G.-H. Bousquet, pourtant respectable professeur de droit connu pour ses travaux d’ethnographie juridique. Ce dernier, laissant apparaître toute la rancœur d’un partisan de l’Algérie française, reproche au professeur Marrou, par des propos désobligeants de ne pas avoir traité le sujet demandé12.

24Pierre Riché se souvient également les propos que lui avait tenus au cours d’une conversation Bd. Saint Michel, Christian Courtois, professeur d’histoire médiévale à l’Université d’Alger qui, disait à propos de ceux qui s’opposaient à la répression, « les Marrou, Massignon, Mandouze, Mauriac, ceux qu’on appelé "Les quatre M" faisaient fausse route ».

25Devant le déferlement de violence de l’OAS en plein Paris, Marrou bat le pavé en manifestant pour exprimer sa colère contre les ravages de cette nouvelle organisation fasciste. Serge Lancel qui accompagnait en décembre 1961 Marrou dans l’une de ces manifestations, ils furent raflés par la police de Papon et ils passèrent avec de nombreux manifestants, la soirée au commissariat du XIè arrondissement. Comme il fut d’ailleurs embarqué quelques mois plus tard en compagnie d’Henri Bresc dans une manifestation devant le ministère de l’Intérieur.

26Tout au long de la Guerre d’Algérie, Henri Marrou fut rejoint dans son combat pour par de nombreux intellectuels, notamment André Mandouze dont les deux volumes de Mémoires qu’il laissa, retrace avec vigueur ce qu’avait été le poids de Marrou dans le mouvement d’opposition à la guerre en Algérie, comme il fut par conséquent, parmi les plus actifs "Apôtres de la paix", comme Robert Barrat, Jean-Marie Domenech, Jacques Madaule, Robert Davezies, Paulette Mounier, Pasteur Voge etc. qui avaient agi en toute conscience et au nom de leurs convictions chrétiennes.

  • 13 En plus des travaux qu’il publia en collaboration avec Henri Marrou, André Mandouze consacra bon no (...)

27Décédé en 1977, Henri-Irénée Marrou continua après sa disparition à intéresser davantage les biographes qui se sont révélés parmi ses meilleurs élèves et disciples, comme à juste titre Pierre Riché qui avec ce livre sur le Maître, donne à ce dernier une biographie d’avance par rapport à la production biographique traditionnelle, et sera suivi par un autre élève, ancien résistant, devenu l’ami de combat dans leur opposition à la guerre en Algérie, André Mandouze. Ce dernier comme nous allons essayer de le montrer dans la note suivante, éclaire d’un jour nouveau dans ses Mémoires notre connaissance des relations que Marrou entretenait avec l’Algérie13.

2. L’ouvrage d’André Mandouze (tomes I et II)

28Les deux volumes publiés à cinq ans de distance, (en 1998 puis en 2003) n’enlèvent rien à la construction du récit autobiographique de l’auteur, au contraire il fait revisiter au lecteur les engagements politiques et moraux de cet intellectuel, devenu par son combat pour l’indépendance algérienne la figure la plus emblématique des chrétiens de gauche.

29Le premier volume est, à bien des égards, le plus important pour qui veut comprendre le combat anticolonialiste mené par l’auteur lui-même et par de nombreux intellectuels chrétiens ou, appartenant à d’autres familles de pensée.

30Ce combat de la plume et de la parole en faveur de l’Algérie se divise en trois périodes de la vie d’André Mandouze, de 1947 à 1956, de 1956 à 1962 et de 1962 à 1968.

31C’est pour dire que, lorsque André Mandouze arrive en 1948 à Alger où il venait d’être nommé professeur à l’université, sa réputation d’intellectuel chrétien progressiste et même de gauche l’avait déjà précédée. Dès son arrivée à Alger, il s’installe avec sa famille à Dar El Baraka, à Hydra, qui relevait à l’époque de la commune de Birmandreis, où il trouva Jean Scotto curé de la paroisse.

32Né le 10 juin 1916 à Bordeaux, ce normalien, professeur de latin, qui deviendra plus tard spécialiste de l’histoire du Maghreb dans l’Antiquité et de la pensée de Saint Augustin, était également ancien résistant et collaborateur de nombreuses revues catholiques et de gauche, Témoignage chrétien, Cahiers de Témoignage Chrétien, Temps Moderne, Les Lettres Françaises...Cette expérience de journaliste lui avait fait acquérir un redoutable style polémique et une finesse d’analyse sans pareille des événements les plus complexes.

33Son intérêt pour les réalités algériennes lui fut révélé, comme à de nombreux intellectuels progressistes de l’époque par les massacres du 8 mai 1945 dans la région de Sétif et Kherrata.

  • 14 « Impossibilités algériennes ou le mythe des trois départements », par Mandouze, A., in, Esprit, ju (...)

34La première fois qu’il fut appelé à écrire sur l’Algérie, ce fut, à l’occasion d’un numéro spécial de la revue Esprit, de juillet 1947, consacré au thème aussi significatif que prémonitoire : "Prévenons la guerre d’Algérie", dans lequel, il intitule son article : « Impossibilités algériennes ou le Mythe des trois départements ». Dans cette même revue, quelques mois plus tard, André Mandouze qui venait d’arriver à Alger, affirme péremptoirement dans un article que « l’Algérie n’est pas la France », et en octobre 1948, toujours dans Esprit, il dénonce de la façon la plus virulente le sort qui fut réservé par le lobby coloniste au nouveau statut de l’Algérie14.

  • 15 La version complète de cet appel paraîtra dans le numéro 1 de "Consciences Algériennes" (reproduit (...)

35Dans ce contexte de l’après-guerre où se multiplient les initiatives pour le développement d’un vaste mouvement pour la paix entre les peuples, principalement animés par les communistes, André Mandouze, sans rien perdre de ses convictions de chrétien de gauche, et, tout en gardant une totale liberté de ton, joint sa voix à celles de nombreux intellectuels chrétiens et communistes pour faire connaître la situation dramatique dans laquelle vivait le peuple algérien. C’est ainsi, qu’en sa qualité de président des Intellectuels Algériens, Mandouze multiplie à tous les niveaux, déclarations et appels sur l’Algérie, notamment, au Congrès des Intellectuels pour la Paix à Wroclaw en avril 1948, et au Congrès de la Paix à Paris, en avril 1949 où, il prend l’initiative de présenter un appel au nom de 21 associations algériennes, dont le MTLD15.

36Ce professeur de profonde conviction chrétienne, avoue que trois ou quatre mois après son arrivée à Alger : « J’avais en fin la preuve que, dans une proportion que je ne pouvais néanmoins évaluer, le christianisme prêché sur la terre de saint Augustin pouvait tout de même être autre chose qu’une annexe d’un credo colonialiste allant de pair avec la violence systématique des droits de l’homme ».

  • 16 Tandis que le Dr Alexandre Chaulet était le représentant à Alger de la CFTC (Confédération Français (...)

37Et, ce qui le fit le plus espérer, c’était le fait qu’il ne trouve pas à Alger, seulement des Européens attachés à leurs privilèges de colons ou des "petits blancs" des quartiers populaires d’Alger qui n’étaient pas forcément tous, des tenants forcenés de la colonisation. Il y avait également parmi les membres de cette communauté, des personnalités chrétiennes progressistes, dont les opinions contrastaient entièrement avec celles de la majorité des autres Européens d’Algérie. Parmi les figures représentatives de ce militantisme associatif et social catholique figuraient en premier lieu, les membres de la famille Chaulet : le Dr Alexandre Chaulet (décédé en novembre 1963), ses enfants Anne-Marie Chaulet qui épousera à la prison de Fresnes Salah Louanchi, et le Dr Pierre Chaulet avec sa femme Claudine Chaulet, ainsi que de nombreux militants associatifs chrétiens activant dans diverses associations en faveur du rapprochement avec la communauté musulmane (scouts, associations de jeunesse comme l’AJAAS et l’UJDA, Union de la jeunesse démocratique algérienne ; syndicat, notamment la CFTC16.À cette catégorie, s’ajoutent des personnalités ecclésiales, connues pour leur attachement sincère aux Algériens tels que : Monseigneur Léon Étienne Duval, le père Jean Scotto et bien d’autres.

  • 17 À propos de ces revues, voir la très riche étude qui leur a été consacrée par Henry Jean-Robert : « (...)

38Rien d’étonnant, à ce qu’André Mandouze trouve dans ce milieu, le vivier intellectuel favorable au lancement d’une revue qui fut la première manifestation du courant des chrétiens progressistes. La revue prit tout d’abord le titre de Consciences Algériennes (1950-1951), pour devenir par la suite Consciences Maghrébines (1953-1956). Dans le comité directeur de Consciences Algériennes dont le premier numéro parait en décembre 1950, en plus des intellectuels d’origine européenne qui le composait, lui-même, le philosophe marxiste, François Chatelet et le professeur de philosophie oranais, Jean Cohen, Mandouze y fit également adjoindre des intellectuels algériens de la mouvance nationalitaire, tels que : l’agrégé d’arabe, Abdelkader Mahdad, l’éditeur-libraire, Abdelkader Mimouni. Parmi les rédacteurs de la revue figuraient le comédien Mustapha Kateb et le poète Jean Senac. Ce dernier, publiera dans le premier numéro de Consciences Algériennes son célèbre poème "Matinale de mon peuple". Les autres collaborateurs de la revue constituaient ce que Mandouze appelle, « les membres du petit groupe œcuménique » composé de ses amis et de ses élèves : Clémence Sugier, François Hauchecorne, Jacqueline Rosenblum, Henriette Martini, jacqueline Pauthe, R. Emsalem17...

39Le texte de présentation que rédige et fait paraître André Mandouze dans le premier numéro de la revue, est en fait, un véritable manifeste explicitant le choix du titre : « Une conscience honnête ne se satisfait pas de se manifester ou de manifester : elle réalise... Consciences Algériennes n’est pas seulement une revue : c’est déjà un acte en soi... Il est incontestable que le concours à une même œuvre d’homme de races, de religions et de philosophies différentes constitue en Algérie un acte capital... C’est un acte capital parce qu’il s’agit bien entendu de consciences libres. »

40Dans un éditorial publié dans le deuxième numéro (février-mars 1951) de Consciences Algériennes, André Mandouze, affirme le sens de son combat et confirme le choix qui sera désormais constant durant toute sa vie :

  • 18 Éditorial d’André Mandouze, intitulé "Trop virulents ?" dans Consciences Algériennes, n° 2, février (...)

« Quand il y’a des loups dans un pays il n’est pas question de n’en point parler ou d’en parler gentiment. Il n’y a que deux attitudes possibles : hurler avec eux ou défendre le troupeau. Nous sommes pour le troupeau, contre les loups, et à fonds »18.

41Avec le déclenchement de la Guerre de libération nationale, André Mandouze va davantage affirmer son engagement jusqu’aux tripes pour la cause algérienne. Il allait de soi pour cet ancien résistant de conviction chrétienne, que son engagement algérien s’inscrit dans le prolongement direct de son combat contre le nazisme.

42Cet engagement va d’ailleurs se manifester d’une manière spectaculaire qui mit à mal la politique algérienne de Guy Mollet, par l’intervention courageuse que Mandouze fit le 27 janvier 1956, à la salle Wagram, à Paris, au meeting organisé par le Comité d’action des intellectuels contre la poursuite de la guerre en Algérie. La déclaration, connue désormais sous le nom de "Le salut de la résistance algérienne", mérite d’être reproduite pour mesurer l’effet explosif qu’elle suscita : « Ce matin encore j’étais à Alger et je vous apporte le salut de la résistance algérienne. Je viens du théâtre d’opérations. Il est partout et dans Alger même. Il y’a encore des gens qui ne croient pas que dans les rues ils croisent l’armée de libération nationale... Et si vous voulez l’exiger, demain les négociations peuvent s’engager, demain les combattants peuvent discuter avec le gouvernement français, demain alors pourront se réconcilier deux peuples... ».

43Le lendemain toute la presse algéroise avait publié la déclaration de la salle Wagram. Depuis cette intervention, la descente aux enfers commence pour André Mandouze, tant du coté du gouvernement molletiste que des ultras d’Alger. De retour à Alger, il va très vite constater l’hostilité rancunière qu’éprouvent ouvertement à son égard le petit peuple de son quartier de la cité El Baraka ; mais encore davantage, les étudiants ultras de l’université d’Alger. André Mandouze fit l’objet de menaces non déguisées contre sa personne et contre sa famille. Dans le quartier où il habite, on ne s’était pas contenté de saboter sa voiture, son appartement fut mis à sac par des étudiants déchaînés, dont, « la grande majorité, reconnaît André Mandouze, n’a rien à faire avec les miens ni, plus généralement, ceux de la faculté des Lettres ». La messe dominicale à l’église de Birmandreis, se transforme pour André Mandouze et sa famille en un véritable calvaire. Les "cathos de choc" comme il les appelle lui-même, lui firent comprendre que : « Puisque tu aimes les Arabes, va donc à la mosquée, et non à l’église ». Même le quêteur de service de l’église, s’était refusé à recevoir l’obole des Mandouze qui, « serait sans doute pris pour un sacrilège »

44À l’université la situation n’était guère plus enviable pour lui. Le 6 mars 1956, des étudiants européens, à l’appel de l’AGE, l’organisation estudiantine fasciste, perturbent ses cours et certains d’entre eux s’étaient même munis d’une corde pour pendre ce professeur de latin dans son amphithéâtre. Il ne devait ce jour là son salut qu’à l’intervention énergique des étudiants de l’UGEMA qui, se souvient Mandouze, avaient « constitué un très solide rideau de protection contre les assaillants pourtant dix fois plus nombreux de l’AGE ».

45Bien des années plus tard, se souvenant du courage des étudiants algériens, en de telles circonstances, André Mandouze, dira : « Ce que je ne savais pas, c’est que, parmi mes sauveteurs, il y aurait autant de futurs députés, ministres et ambassadeurs qui, lorsque je reviendrai pour diriger l’université, ne manqueront pas, sept ans plus tard, et encore longtemps après, de me rappeler la scène. Une scène qui, je dois ajouter, n’a pas seulement eu pour cadre la Faculté des Lettres. Car, par crainte que l’envahissement de notre maison ne se reproduise, les étudiants de l’UGEMA se sont, nuit et jour, relayés autour du logement pratiquement jusqu’à notre départ en France ».

46Dans cette tourmente que traversait Mandouze et sa famille, en plus de la reconnaissance que lui témoignaient les intellectuels algériens en général et les étudiants en particulier pour son engagement sans faille à leurs côtés, il trouva également dans le milieu de ses collègues de la Faculté des Lettres, une compréhension pour le combat qu’il mène et surtout un soutien des plus réconfortants, tels : Jean Touillerux, son assistant, Serge Lancel, Jean et Josette Domerc et Jacqueline Rosenblum. Même le recteur de l’Université d’Alger, Pierre Guillon, sans montrer ouvertement sa solidarité avec Mandouze, ne lui cachait cependant pas, ses sentiments amicaux. Prenant conscience des actes qui mettaient en péril la vie de Mandouze, il insiste auprès de ce dernier pour qu’il accepte une mutation en France. C’est ainsi que, administrativement, André Mandouze, se retrouve, le 1er avril 1956, nommé à la Faculté des Lettres de l’université de Strasbourg. Dans le même élan de solidarité, Mandouze reçoit de son maître Pierre Bayet qui venait d’être nommé à la tête de l’École française de Rome, « la proposition de me faire valider une série de séjours au Farnèse pour me permettre d’acquérir finalement le titre d’ancien membre de l’École de Rome à laquelle précisément la participation active à la Résistance m’avait détourné d’être en son temps candidat » (t.1, p. 253).

47Cependant, c’est sur le territoire de sa chère France qu’André Mandouze, va connaître ses pires démêlés avec la police française.

48En effet, quelques semaines à peine, après son arrivée en France, le 23 mai 1956, il sera inculpé d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État et accusé de trahison et complot, en raison de ses contacts avec les membres du FLN. Mais, il ne fut pas arrêté immédiatement. Il fallait attendre le 9 novembre 1956, soit quelques jours après le 22 octobre date de l’acte de piraterie aérienne perpétrée par gouvernement de Guy Mollet contre l’avion transportant les cinq chefs historiques de l’insurrection algérienne pour qu’André Mandouze soit interpellé chez lui, et conduit le lendemain 10 novembre au siège de la DST, situé dans un lieu de sinistre mémoire, de la rue des Saussaies, ancien antre de la Gestapo parisienne. C’est là, qu’on lui signifia le mandat d’amener, pour avoir été inculpé pour trahison en vertu de l’article 76 du Code Pénal. Inculpation qui vient s’ajouter rappelons-le, à celle du 23 mai 1956, pour atteinte à la sûreté de l’État, en vertu des articles 80 et 83 du Code Pénal.

49En incarcérant André Mandouze à la prison de la Santé, où, se trouvaient déjà emprisonnés Ben Bella et ses compagnons, la machine politico-judiciaire du mollétisme, voulait manifestement faire croire que l’arrestation de Mandouze était liée à celle des chefs du FLN. La vérité n’était pas si loin.

  • 19 Voir également son article publié dans Monde Ouvrier du 29 décembre 1956, "Supplément politique à u (...)

50Il ne serait peut-être jamais venu à l’esprit de cet ancien résistant, qu’il puisse un jour s’essayer dans une prison française à un nouveau genre littéraire, le journal intime carcéral à qui, il donna lui même le nom de Journal de cellule, ayant pour titre : Solitude pour l’Algérie. Resté jusqu’à présent inédit. (t.1, p. 384.)19.

  • 20 Fouilloux, Étienne, "Intellectuels catholiques et Guerre d’Algérie (1954-1962)", in, Rioux Jean-Pie (...)

51Comme l’a si judicieusement fait remarquer Étienne Fouilloux : « Chez des gens plus engagés et pétris de christianisme primitif, André Mandouze ou les Barrat, on trouve parfois, sinon la tentation du martyre, du moins la conviction selon laquelle, en temps de crise, la prison n’est pas un lieu indigne du croyant intransigeant sur ses choix »20.

52À peine une quinzaine de jours après son arrestation, le 24 novembre 1956, fut constitué à l’initiative de François Mauriac, le Comité pour la défense d’André Mandouze. La formidable mobilisation de l’opinion publique tant par la parole que par l’écrit qu’avait déployée le Comité sous la présidence de François Mauriac, aboutit, le 19 décembre 1956 à libération d’André Mandouze.

53De la Santé où il venait d’être élargi, Mandouze, rejoignit directement la salle des Sociétés savantes, où se tenait le meeting organisé par le Comité de soutien à André Mandouze. Prirent tour à tour la parole, les intellectuels catholiques qui composaient le Comité autour de François Mauriac : Louis Massignon, Henri-Irénée Marrou, André Philip, le président Léon Lyon-Caen, Georges Suffert, Jean-Marie Domenach et Jean Daniel. André Mandouze fut le dernier à prendre la parole, tout en promettant à François Mauriac de rester "sage".

  • 21 Stora, Benjamin, "Une censure de guerre qui ne dit pas son nom : Algérie, années 1960", Censures, P (...)

54De décembre 1956 à l’indépendance de l’Algérie, André Mandouze, avait continué son combat sans relâche (affaire Audin, Arrestation et assassinat de Larbi Ben M’hidi, témoignage à décharge au procès de Francis Jeanson (sept.-oct. 1960), préface à Jacques Charby son livre, L’Algérie en prison, (Paris, Éd. de Minuit, avril 1961), signature avec Robert Barrat du manifeste des 121, etc. Mais la grande contribution intellectuelle d’André Mandouze à la Guerre de libération nationale fut sans conteste son ouvrage, La Révolution algérienne par les textes. Le livre édité chez François Maspéro, fut publié le 17 février 1961, il est aussitôt saisi le 23 février. Il est, selon B. Stora, presque épuisé lors de la levée de saisie le 10 juillet 196121. Comme de coutume, André Mandouze est égale à lui-même dans ce genre de style éditorial percutant, jugeons-en de la présentation qu’il fit de La Révolution algérienne par les textes :

  • 22 Mandouze, André, La Révolution algérienne par les textes. Paris, 1ère éd. février 1961, 3è éd. 1962 (...)

55« Ceux qui ont l’habitude de textes révolutionnaires vont être surpris de trouver là un accent dont nous nous sommes peu à peu déshabitués dans nos vieux pays d’Europe. Nous vivons de 1789 et de ses suites. Nous vivons d’une Révolution que nous croyons unique, exemplaire... et terminée. Les Algériens eux, ont pendant cent vingt-quatre ans cru qu’ils pourraient finalement bénéficier de cette révolution ; et puis, un jour, lassés par d’innombrables déboires, par d’innombrables promesses, par d’innombrables mensonges, voyant que cette révolution leur était "confisquée", ils l’ont faite eux- mêmes » (t.1, p. 342.)22.

56La période qui fut très mal supportée par André Mandouze et qui, lui rappelait à bien des égards, l’action des milices vichystes, a été bien celle de bête hideuse de « cette ennemie de la France qu’était l’OAS ». Les menaces de mort, les plasticages contre des intellectuels chrétiens, comme Henri Marrou, n’étaient rien cependant à côté des lâches assassinats perpétrés contre les hommes de bonne volonté. Mandouze en a mesuré le degré de lâcheté des méthodes de cette organisation fasciste ; lorsque le 13 avril 1962, le commandant Marcel Bourgogne, cousin germain de sa femme Jeannette et parrain de sa fille Mireille, quelques semaines après son affectation à Rocher Noir, fut lâchement assassiné sous les yeux de ses enfants.

57Le tome premier des Mémoires se terminant le 13 mai 1998, ne pouvait ne pas interpeller André Mandouze sur la décennie noire que traversait l’Algérie, ponctuée par les assassinats des innocents et des hommes de foi. En guise de conclusion, il s’en explique : « [...] en dépit des malheurs présents, on ne compte point sur des remords ou des repentirs de ma part, mais qu’on s’attende au contraire à une ultime résistance absolue à ce qui reste en France, et plus généralement en Occident, la plus criminelle incompréhension qui persiste à l’égard de l’Algérie vraie, de la seule Algérie vraie, celle de son peuple "résistant" à la barbarie sacrilège islamiste. » (t.1, p. 378).

58Le tome premier des Mémoires de Mandouze, terminé le 13 mai 1998, dans son domicile de Neauphle-le-Château, rendu tristement célèbre par le fait qu’elle fut « la terre d’accueil concédée sous Giscard à Khomeiny » (t. 1, p. 256.).

  • 23 Daniel, Jean, De Gaulle et l’Algérie, Paris, Seuil, 1986.

59Le second volume des Mémoires, s’intitulant : Mémoires d’Outre-siècle, 1962-1981, À gauche toute, bon Dieu ! Paru en 2003 aux Éditions du Cerf, amorce le nouvel épisode algérien d’André Mandouze de 1962 à 1968. Au mois de janvier 1963, André Mandouze, retrouve Alger qu’il avait quittée en clandestin en mars 1956. Jean Daniel avait vu juste, en reconnaissant que, contrairement à Camus qui « ne se sentirait pas à l’aise » dans cette Algérie indépendante toute neuve ; « Ici aujourd’hui, c’est l’heure du professeur Mandouze. Il est ici chez lui » (t.2, p. 13.)23.

60Dans l’euphorie des premiers mois de l’indépendance et dans l’enthousiasme des retrouvailles, Mandouze, décrit à merveille, l’atmosphère humaine de cette époque, laissons-lui la parole : « [...] J’ai pu, dans le même intervalle de temps, compter sur l’inestimable disponibilité de mes vrais amis : ceux qui, après les séparations dues à la guerre, se trouvaient à nouveau réunis à Alger et éprouvaient du plaisir à ce recouvrement d’un passé pour le moins contrasté. Car, en même temps que les deuils et les attentes angoissées (ces dernières se lisant dans les journaux sous la longue rubrique quotidienne intitulée : « Aidez à retrouver... », toutes les amitiés vitales ne demandaient qu’à remonter de toute notre histoire longtemps assujettie à la clandestinité. Dans mon esprit, cela remontait de la création de l’AJAAS à celle de Consciences Algériennes et Consciences Maghrébines, de l’arrestation des Centralistes, à celle des Libéraux, du rôle essentiel de Jean Scotto -- pour faire rencontrer Léon-Étienne Duval et Salah Louanchi -- aux courses rocambolesques avec Claudine et Pierre Chaulet pour parvenir à joindre Abane et Benkhedda en vue de mes rencontres avec Mendès, etc. » (t. 2, p. 17.).

61Après quelques semaines passées à l’hôtel El Djazaïr, André Mandouze, se devait de faire poliment rappeler au ministre de l’Éducation nationale, Abderahmane Benhamida qu’il ne se considère pas comme invité mais, qu’il est chez lui à Alger. Et, en tant que tel, il s’attend à être relogé comme n’importe quel algérien qui rentre chez lui.

62Cependant, André Mandouze reprend ses messes dominicales dans son ancienne paroisse d’Hydra où il se rappela ce jour de mars 1956 quand le petit monde des "cathos-ultras", « avait prétendu m’interdire l’accès de la crypte et de la messe, et qui, en me voyant réapparaître vraiment "comme chez moi", semble être réellement frappé d’amnésie : comme si, de cette époque suicidaire, il n’y avait plus de fidèles de l’OAS ! » (t. 2, p. 17.).

  • 24 Journal Officiel de l’État Algérien, n° 47, 12 juillet 1963. On y trouve également les nominations (...)

63Mais le moment de forte intensité émotionnelle fut le jour où il fut désigné pour succéder à Gauthier, recteur de l’Université d’Alger. Mais la nomination officielle en tant que Directeur de l’enseignement supérieur, poste beaucoup plus important que celui de recteur, car, il devait en même prendre en charge les embryons d’université d’Oran et de Constantine, ne parut dans le journal officiel qu’en juin 196324.

64La tâche qui attendait André Mandouze n’était des plus faciles et de tout repos. Il devait tout réorganiser. L’université d’Alger qui comptait en novembre 1961, 5247 étudiants dont 890 algériens, et en juin 1963, 4.000, faisait face à d’énormes problèmes de toutes sortes. Mais, le nouveau Directeur de l’enseignement supérieur, devait, malgré le soutien personnel de Ben Bella et du ministre de l’Education nationale, Benhamida comptait également avec l’influence des tenants de l’islamisme et de l’arabisation à outrance du système éducatif en général et de l’université d’Alger en particulier. La cabale sournoisement menée contre Mandouze, éclate au grand jour avec le départ de Benhamida et son remplacement par Chérif Belkacem, comme nouveau ministre de l’Education nationale. Le chef de file de cette cabale sous couvert de l’algérianisation rapide de l’université, était celui, dont Mandouze disait avec mépris, « Ma conception de la déontologie administrative fera ici que ce fonctionnaire ne méritera pas d’être désigné autrement que par des initiales.[...] E.H.T. » (t. 2, p. 26.). Mais, on ne tardera pas à soupçonner l’identité du personnage en question, sur lequel Mandouze donne quelques indications pour situer sa personne et son rôle néfaste dans la « misérable manœuvre » à l’origine de sa démission du poste de directeur de l’enseignement supérieur : « Appartenant à une importante confrérie, E.H.T. était le porte-parole d’une petite revue disant défendre Les Valeurs, traduisez les principes et pratiques de ce qui parut, pour la première fois depuis l’indépendance, l’expression d’un véritable intégrisme islamiste. Or, cette infiltration délibérée à l’intérieur de l’Université n’a été possible que grâce à la période de battement qui a précédé ma nomination. Mon prédécesseur étant parti et moi n’ayant pas encore été nommé, j’ai tout lieu de penser que l’appellation non définie d’ « algérianisation » a eu bon dos pour justifier la nomination (dont je n’ai jamais eu le fin mot) d’un administratif arabisant ayant su de surcroît trouver dans le passé les appuis de la hiérarchie universitaire française encore en place » (t. 2, p. 26). Sous les initiales de E.H.T., on comprend qu’il s’agit bien d’El Hachemi Tidjani, un des doctrinaires de la mouvance, qui devait au lendemain de l’indépendance s’autoproclamer l’héritière légitime du mouvement réformiste badisien. Ce diplômé en sciences humaines de l’Université de Bordeaux, à la double culture arabe et française, se trouvait être en 1963, le fondateur, aux côtés d’autres compagnons : Amar Talbi, Abassi Madani, Mokhtar Aniba, Soltani et Sahnoun, de la première association islamiste, El Qiyam El Islamya (Valeurs islamiques), qui publie une revue en langue arabe et française, du même nom que l’association.

65Secrétaire général de l’université d’Alger en 1962, au moment de la désignation d’André Mandouze à la tête de la direction de l’enseignement supérieur, El Hachemi Tidjani s’était senti évincé d’un poste qu’il prétendait lui revenir de droit non seulement en tant qu’Algérien, musulman de surcroît, mais en tant que membre influent d’une coterie dont la stratégie était de faire de l’Université algérienne naissante, au nom des valeurs arabo-musulmanes, le vivier des cadres pétris de fondamentalisme religieux. Le choix de Ben Bella porté sur André Mandouze affirmait clairement la volonté du pouvoir politique à l’époque de la vocation universaliste qu’il entendait donner à la jeune université algérienne, tout en reconnaissant la place de choix que devait occuper dans les programmes d’enseignement tous les aspects de l’authentique héritage culturel arabo-musulman. Ce soutien à Mandouze valut à Ben Bella, les plus virulentes critiques de la part d’ El Hachemi Tidjani et de ses amis, traitant les orientations politiques du Président du conseil « d’aventureuses politiques inspirées du socialisme scientifique athée. »

66C’est lors d’un échange de propos assez tendus avec un haut personnage du régime, rencontré lors d’une réception à Alger, tenu au sujet des étudiants et du rôle de l’université, qu’André Mandouze, comprit parfaitement, ce que tramaient les tenants de l’arabisme baathiste et du fondamentalisme qui trouvaient leur mentor dans les hautes sphères du pouvoir ; et, il arrive à la conclusion que, dit-il : « Je savais désormais de source sûre qu’il y’ avait en très haut lieu, au FLN, une faction qui, en accord ou non avec E.H.T. et consorts, en voulait à l’université en tant que telle et travaillait, en tout état de cause, contre l’instrument de liberté intellectuelle et spirituelle qui était conjointement la raison d’être de ce type d’institutions et le motif de ma présence personnelle à la tête de l’enseignement supérieur algérien pour un temps dont j’étais désormais certain qu’il serait de courte durée. » (t. 2, p. 36.)

67Les conditions dans lesquelles André Mandouze fut amené à présenter sa démission du poste de recteur de l’Université d’Alger, mérite d’être rapportées, car, elles illustrent, les pratiques dévastatrices des politiques exclusionnistes et sectaires qui ont commencé à être introduites par des clans occultes et, qui finiront par être érigées en système de gestion politique que, même Ben Bella avait du mal à juguler. Après avoir donc, reçu le Secrétaire général de l’UNESCO, René Maheu à qui fut décerné le 12 novembre 1963 le premier doctorat Honoris causa de l’université d’Alger, André Mandouze, adresse le 26 novembre une lettre au Président de la République, accompagnée de deux pages de documents annexes justifiant les raisons de sa démission : « Je pense que vous ne vous étonnerez si je vous demande une fois pour toutes d’accepter ma démission » (t. 2, pp. 56-57.).

68Une deuxième lettre datée celle-là, du 27 novembre, fut adressée au ministre de l’Orientation nationale, en l’occurrence Chérif Belkacem pour lui faire comprendre qu’il a demandé à être déchargé de sa tâche à la seule personne qui l’en avait chargé, autrement dit, le président Ben Bella. La réponse fut aussi sèche qu’affligeante : « Le ministre de l’Orientation Nationale, de qui vous dépendez, a déjà arrête la mesure à prendre à la suite de votre démission ».

69Un mois plus tard, le 31 décembre, Mandouze, adresse une très longue et pathétique lettre à Ben Bella, digne de figurer dans les morceaux choisis de la littérature des suppliques contre les purgatoires des bureaucraties totalitaires : « Voyez-vous, Monsieur le Président, je n’ai qu’une obsession majeure. Je suis prêt à accepter n’importe quelle solution hormis celle qui permettrait à l’OAS de triompher à mon propos : quand je dis l’OAS, vous voyez bien de quels groupes je parle dont les représentants ne sont pas tous hors de l’Algérie. C’est cette OAS qui n’a pas manqué de crier victoire dès qu’elle a appris que je quittais mes fonctions. Elle n’attendait qu’une chose pour pavoiser et insulter l’Algérie : elle attendait que je quitte l’Algérie et que je reparte m’installer en France avec toute ma famille, comme elle m’avait forcé à le faire en 1956. Or, c’est cela que je refuse et que je refuse pour l’Algérie » (t. 2, p. 57.). À propos de cette démarche, André Mandouze, s’explique clairement, « [...] dans ma lettre du 31 décembre, j’avais revendiquée comme seule susceptible de sauver l’honneur face à l’OAS : celle de rester avec les miens en Algérie. Il ne serait donc pas dit que les néo-islamistes algériens auraient contre moi plus de satisfaction que naguère les archéo-intégristes de l’Algérie française » (t. 2, p. 57.).

70Cependant, hormis les problèmes et les difficultés inhérentes à sa fonction de Recteur et de Directeur de l’enseignement supérieur, André Mandouze, se montra très à la hauteur de sa tâche. Il était ainsi visiblement fier de la responsabilité qui lui fut accordée et de la confiance qui lui fut témoignée par l’Algérie indépendante ; et, il voulut partager avec tous ses amis cet enthousiasme tout juvénile. Cela dit, ce fut pour lui un point d’honneur que de vouloir leur faire connaître la beauté et la richesse culturelle du pays pour lequel il avait tant lutté et pour lequel il continuera de lutter jusqu’à l’épuisement de toutes ses forces. L’année 1963 fut celle donc, où André Mandouze recevra le plus d’invités, à commencer par sa vieille mère ; des professeurs de renommée, en lettres, Marie-Jeanne Durry ; en droit, Marcel et Renée David et Michel et Danielle Virally ; en sciences Georges Millot. Henri Marrou accompagné de sa femme Jeanne fut invité à faire une conférence à l’université d’Alger sur saint Augustin. Accompagné d’André Mandouze, les Marrou passèrent un séjour agrémenté de visites touristico-archéologiques notamment à Tebessa et dans les Hauts-plateaux en ayant pour guide averti le regretté Paul-Albert Février, (t. 2, p. 75.)

71Déchargé au début de 1964 de ses fonctions, André Mandouze, retourne à sa vocation première celle de professeur d’université ; mais, « Voilà donc que, pour ce qui est de ma carrière, j’en suis exactement revenu au point où j’en étais depuis 1946, c’est-à-dire simple chargé d’enseignement ou, au sens ancien, maître de conférences [...] » (t. 2, p. 64.).

72La grande joie et l’immense satisfaction de ce professeur de latin, c’est le jour où il apprit, quelques années plus tard, que son successeur à la tête de la direction de l’enseignement supérieur, n’était autre qu’un de ses anciens élèves algériens, Mahieddine Malti, à qui, Mandouze manifeste toute la reconnaissance et toute la fierté, car, il lui a permis de ne pas désespérer dans ce qu’il y avait de plus noble dans le cœur des Algériens : la gratitude, et à ce propos il ne s’était jamais laissé envahir par le moindre doute. La reconnaissance qu’il témoignera à Mahieddine Malti, peut largement être interprétée comme étant celle que Mandouze porte à tout le peuple algérien : « [...] étant le plus doué et le plus fort de tous les latinistes qui ont été ici ou là mes élèves. D’où ma fierté et ma joie quand il lui avait été demandé de devenir, quelques années après mois, directeur de l’enseignement supérieur. Lettré s’il en fut, érudit, polyglotte, artiste merveilleux connaisseur de la musique andalouse), Malti a en outre la particularité que les honneurs ne l’ont jamais attiré et que l’administration n’a jamais été sa passion » (t. 2, p. 93.), « [...] À la fin de l’année universitaire 67-68, quand il a appris que nous devions partir, Malti a alerté tout ceux qui avaient travaillé avec moi, aussi bien les enseignants que les collaborateurs des services où nous nous étions, à quelque distance de temps, succédé l’un l’autre. Et il organisa dans l’Université un grand rassemblement où jeannette et moi avons été comblés de cadeaux chargés de nous rappeler tous les talents de l’artisanat algérien. À cette occasion, notre ami s’est même fait violence et, parvenant à vaincre sa retenue naturelle, a prononcé des paroles qui nous sont allées droit au cœur. J’ai gardé son texte manuscrit comme une précieuse pièce de mes archives, mais de toute façon il est trop affectueusement laudatif pour que je puisse en citer la moindre phrase. Toujours est-il que la voix de Malti celle par laquelle, en nous manifestant aussi somptueusement son attachement, l’Algérie, notre inoubliable Algérie, nous a à jamais comblés » (t. 2. 94.).

73De retour en France au milieu de l’année universitaire 1968-1969, André Mandouze tenait avant tout à soutenir sa thèse de doctorat qu’il rédigea en très grande partie dans le cadre enchanteur de la villa Piédallu de Hydra et que, Jeannette Mandouze s’était chargée de la frappe des 800 pages de texte et des 3.500 notes de références.

  • 25 Études augustiniennes, 1968.

74C’est donc dans une Sorbonne assiégée par les forces de polices que Mandouze se présente le 9 juin 1968 pour soutenir sa thèse. La thèse principale portant sur " Saint Augustin. L’aventure de la raison et de grâce" qui sera publiée25et, la thèse complémentaire ayant pour titre "Retractatio Retractationum Sancti Augustini", restée inédite.

75C’était le professeur Henri Marrou, Président de l’Académie des inscriptions et belles-lettres depuis peu, qui présidait le jury. D’emblée, il tenait à faire connaître à l’assistance les raisons qui ont amené l’illustre impétrant à soutenir après de longues années sa thèse. Il dira en substance s’adressant d’abord à Mandouze : « Tu viens aujourd’hui régulariser une longue liaison que tu as eue avec l’Université », se tournant ensuite vers la salle, il s’exclame : « Je m’en réjouis d’autant plus que, pour avancer l’élaboration et la rédaction d’une thèse, les conditions les meilleures ne sont pas d’être mis en prison, même si c’est pour avoir défendu la liberté et la culture qu’on y est mis » (t. 2, p. 80).

  • 26 Pérennès, Jean-Jacques, Chrétiens en Algérie. Un souvenir de l’époque coloniale ou l’ébauche d’un n (...)

76En 1977, André Mandouze retrouve l’Algérie à travers une thèse en théologie, intitulée, « Chrétiens en Algérie. Un souvenir de l’époque coloniale ou l’ébauche d’un nouveau visage de l’Église dans le monde ? » que soutenait Jean-Jacques Pérennès, encore jeune dominicain qui, demanda d’ailleurs à André Mandouze de rédiger une préface en vue de sa publication sous forme d’ouvrage26.

77Quelques années plus tard, lorsque l’Algérie traversait l’une des plus sombres périodes de son histoire, durant laquelle furent particulièrement ciblés les hommes de foi chrétiens et musulmans, l’évêque d’Oran Pierre Claverie (1938-1996), assassiné le 1er août 1996, près de son église, en fut l’une des principales victimes. « Personne d’autre que Jean-Jacques Pérennès », écrit Mandouze, « n’était capable d’écrire, sur son frère dominicain devenu évêque, cette admirable biographie qui s’intitule : Pierre Claverie. Un Algérien par alliance. Paris, Éd. du Cerf, 2000. » (t. 2, p. 305, note 1.)

78En 1980, Mandouze retrouve la terre algérienne. Il est chargé par Rédha Malek, alors ministre de la Culture, d’effectuer une mission, qui dura du 21 juin au 11 juillet. Aux termes de laquelle, il remet en août un rapport, intitulé : « Quelques options fondamentales de la culture algérienne aujourd’hui », resté inédit.

79Deux mois plus tard, à la suite du terrible séisme du 10 octobre 1980 qui frappa la région d’El Asnam (actuelle Ech-Chleff), André Mandouze soutient dans ses démarches Mounir Bouchenaki, venu à Paris dès le 17 octobre 1980, pour exposer au directeur général de l’UNESCO, Mahtar Mbow la situation désastreuse de nombreux sites archéologiques au lendemain du tremblement de terre ; « [...] Autant dire que, venant de voir deux mois plus tôt la plupart de ces lieux à la faveur de ma mission, je pouvais ainsi mesurer comment l’engagement recueilli en Algérie d’une histoire de son passé au service de la culture d’aujourd’hui était capable de se traduire dans des démarches et actes immédiats avec quelque chance de succès » (t.2., p. 433).

80De ces années de contacts étroits avec l’Algérie, André Mandouze partage le regret avec son ancien élève et ami Mounir Bouchenaki, de ne pas avoir réussi, en raison « de restrictions financières et de torts partagés entre les deux rives » à concrétiser leur projet de constitution au cours de la décennie 80-90, d’un centre international d’épigraphie latine, « conçu pour être un modèle du genre in situ ». (t. 2, p. 433).

81En dépit des tueries dont ont été victimes de nombreux membres de la communauté chrétienne, particulièrement , les religieux, hommes et femmes, durant cette tragique décennie, André Mandouze, confiant dans les capacités du peuple algérien à surmonter cette crise, en particulier les chrétiens qui ont courageusement et au péril de leurs vies décidé de rester aux côtés de leurs frères algériens, fut persuadé, à l’occasion des quatre voyages qu’il effectua entre 2000 et 2001 qui furent pour lui à chacun d’eux de forts moments de « retrouvailles avec quelques-uns des “enracinés” chrétiens du pays » et, qui « ont achever dit-il, de me persuader de la justesse prophétique de la thèse de J.-J. Pérennès » (t.2, p. 305). Mandouze nous rappelle ce qu’avait écrit J.-J. Pérennès à propos de ces « enracinés » : « Il est illusoire de prétendre construire [le Royaume] que de vouloir bâtir un monde qui en soit la préparation directe. Les chrétiens ne reçoivent donc pas de raisons supplémentaires pour participer à leurs responsabilités historiques. Il sont plus simplement invités à une conversions et appelés à exister comme signes du Royaume » (t. 2, p. 305).

82Son dernier voyage en Algérie, fut l’un des plus émouvants. Ce fut à l’occasion de la tenue à Alger du 1 au 7 avril 2001, du colloque international sur saint Augustin, sous le thème de : "Africanité et universalité de saint Augustin" ; qu’André Mandouze fut appelé à co-présider avec le président de la République M. Abdelaziz Bouteflika, les assises de cette prestigieuse rencontre scientifique qui regroupa pas moins de quatre cent spécialistes de la pensée augustinienne à travers le monde ; « Ainsi, reconnu depuis toujours dans le monde comme un génie exceptionnel, saint Augustin l’Algérien a été désormais rendu aux siens et reconnu par eux comme un de leurs plus prestigieux penseurs » (t.2, p. 433).

83Il est très difficile de tout dire sur la passion d’André Mandouze pour l’Algérie et son peuple ; deux volumes de ses Mémoires, n’auraient pas suffi pour nous transmettre cette folle passion pour laquelle il avait inlassablement et constamment du plus profond de son être fait entendre, comme disait P.-H. Simon, "Un cri pour la justice et l’honneur". La justice pour l’Algérie et l’honneur pour la France.

  • 27 Meynier, Gilbert, Histoire intérieure du FLN 1954-1962, Paris, Fayard, 2002, p. 478.

84En guise de conclusion, nous joignons, notre voix à celle de Gilbert Meynier pour espérer que, « Les jeunes Algériens du début du XXIe siècle doivent savoir tout ce que l’émancipation de leur pays dut au professeur André Mandouze, spécialiste de saint Augustin, à un Georges Montaron et au journal Témoignage chrétien ; à Jean-Marie Domenach et à la revue Esprit »27.

3. L’ouvrage de Jean-Marie Guillon

85L’ouvrage publié par Jean-Marie Guillon, Paul-Albert Février, un historien dans l’Algérie en guerre. Un engagement chrétien 1959-1962. Avec une préface de Pierre Vidal-Naquet, rédigée en janvier 2006 (soit huit mois seulement avant sa disparition, le 31 juillet 2006), prend allure de témoignage d’amitié avec celui qui fut comme lui, élève d’Henri-Irénée Marrou.

86La postface assurée par André Mandouze, est la reprise d’un texte qu’il avait écrit pour le livre publié en hommage à Paul-Albert Février, Paul-Albert Février parmi nous (Aix-en-Provence, PUP, 1992, pp. 192-194.).

87André Mandouze qui avait très bien connu P.-A. Février pour l’avoir d’abord rencontré pour la première fois en 1956 à l’École Française de Rome, du temps où Jean Bayet en était directeur, avait également été pour le jeune chartiste converti à l’archéologie et plus précisément à l’épigraphie latine, son meilleur initiateur aux réalités algériennes ; à un moment où d’autres, quittaient le pays, eux arrivaient, pour contribuer à l’édification de l’Algérie nouvelle. Tous les deux se prennent de passion pour l’Algérie et le peuple algérien, au point de décider d’y rester après l’indépendance. Mandouze fut durant toute la période 1962-1968, d’abord responsable de Février à l’Université d’Alger ensuite, son collègue. Il dira de son jeune collègue, « Tu étaisque dis-je, tu restes et tu dois rester pour nous et auprès de nousle type même du chercheur supérieurement armé pour l’aventure de l’Antiquité tardive telle que ton maître et ami Henri-Irénée Marrou l’avait rêvée. Tu es archiviste et tu es historien. Tu es antiquisant et tu es médiéviste. Tu es archéologue et tu es épigraphiste. Tu es latiniste et, de ce fait, tu connais tes textes. Tu t’y reconnais comme dans tes fouilles... » ( postface d’André Mandouze, p. 518).

88Prématurément disparu le 10 avril 1991 à l’âge de 60 ans, en pleine maturité scientifique Paul-Albert Février, était connu pour avoir été en tant qu’historien et archéologue, un des meilleurs spécialistes de l’histoire antique de l’Algérie. J’avais fait amplement connaissance avec lui, en novembre 1983, à l’occasion de la tenue du IIIè Congrès d’Histoire et de la Civilisation du Maghreb portant sur le thème « Le monde rural maghrébin, communautés et stratification sociale » qui s’était déroulé du 26 au 28 novembre 1983 au complexe touristique des Andalouses (Oran), sur les lieux mêmes, comme je le lui avais rappelé, de l’antique ville romaine de Castra Puerorum mentionnée par l’Itinéraire d’Antonin.

  • 28 Actes du IIIè Congrès d’Histoire et de la Civilisation du Maghreb, Oran, 26-27-28 novembre 1983, "L (...)

89Sa contribution lors de ce congrès avait porté sur le thème de : « Observations sur la tribu dans le Maghreb antique »28.

90Un trait de son caractère que j’ai pu observer, c’était son sens aigu de l’amitié. Il devait se rendre avant les congressistes à Tlemcen pour passer la nuit et avoir le temps d’évoquer les souvenirs de ses voyages à Tlemcen avec la famille de son élève et disciple, l’archéologue Mounir Bouchenaki.

91L’ouvrage se présentant sous la forme d’une œuvre posthume, est constitué en très grande partie, de la correspondance et des écrits inédits produits en Algérie de 1959 à 1962 par Paul-Albert Février, rassemblés et ordonnés avec intelligence par Jean-Marie Guillon. Cet ensemble nous donne la mesure de la grande capacité du travail intellectuel et de l’œuvre humaine entreprises par P.-A. Février dans des conditions aussi difficiles que celles qu’il a vécu durant son service militaire dans la région des Hauts-Plateaux, près de Sétif.

92Les deux ouvrages précédents nous ont introduits avec Henri-Irénée Marrou et André Mandouze dans le mouvement des intellectuels chrétiens qui ont été à la pointe de la dénonciation des pratiques répressives et attentatoires aux droits de l’homme pendant la guerre d’Algérie. Ce mouvement était marqué d’une manière particulière, par la nette influence du groupe des latinistes, aussi bien archéologues, historiens de l’Afrique romaine ou spécialistes de la pensée augustinienne, tous anciens résistants au nazisme et profondément attachés à leur conviction catholique (H.-I. Marrou, André Mandouze, Jean Bayet, Jean Lassus ...), liés entre eux par une sorte de lien spirituel qui les maintenait en étroite communion d’esprit et de cœur. Car en fait, ces intellectuels chrétiens s’étaient trouvés à un moment ou à un autre de leur vie, directement ou indirectement interpellés par le drame de conscience que leur posait la guerre en Algérie.

  • 29 Jean Müller, membre des Scouts de France "Routier", rappelé en 1956 en Algérie où il débarque le 17 (...)

93Ce drame de conscience se trouvait d’ailleurs, plus douloureusement vécu par la génération plus jeune de militants chrétiens qui, dans leur vingtième printemps se retrouvaient soldats du contingent entraînés malgré eux dans la "sale guerre" qui se déroulait en Algérie. Beaucoup y perdirent la vie dans les maquis ou furent les cibles faciles des tueurs de l’OAS29.

94Nombreux étaient aussi ceux, qui, ont miraculeusement échappé à la mort, mais non sans avoir connu de terribles cas de conscience. Parmi cette génération de jeunes intellectuels catholiques qui avait vécu la guerre au quotidien sur le terrain, le cas de Paul-Albert Février, se présente comme un parfait exemple de cette génération, d’autant plus que, par son parcours intellectuel et ses convictions religieuses, il rejoint directement le cercle de ses maîtres et collègues, les latinistes anciens résistants et militants de la cause algérienne.

95Les premières retombées de la guerre en Algérie furent ressenties par P.-A. Février lors de son séjour en 1956 à l’École Française de Rome. Au moment où, il lui fut demandé par le directeur de cette institution, Jean Bayet, d’aller en plein conflit en Algérie organiser les chantiers de fouilles archéologiques. La réponse de P.-A. Février fut le premier engagement de Paul-Albert Février contre la guerre, en refusant nettement à J. Bayet, de se rendre en Algérie non pas par crainte pour sa personne, mais, parce qu’il considérait que l’Algérie était en ce moment de guerre, « un sol colonisé, meurtri, sanglant... » Ce refus d’obéissance s’il en fut, n’empêcha pas cependant, P.-A. Février de continuer ses travaux au palais Farnèse jusqu’à son ordre d’appel pour l’Algérie. Durant la même période,

96Jean Lassus, alors directeur des Antiquités nationales à Alger, souhaitait faire venir P.-A. Février en Algérie ; il voit en lui, « un adjoint et un successeur possible, suffisamment dynamique pour prendre à bras-le-corps l’énorme chantier algérien » (J.-M. Guillon, Introd., p. 36.)

97D’abord incorporé au mois de novembre 1957 à Draguignan au 19e régiment d’artillerie, le sergent P.-A. Février débarque le 26 avril 1959 à Alger. Dès son arrivée, il se présente à Jean Lassus avec qui il était déjà en correspondance à partir de Rome. Il fut immédiatement affecté dans la région de Sétif. C’est dire que, pour un archéologue, il ne pouvait pas espérer mieux, tant la région est connue pour la richesse de ses vestiges antiques. Il fut désigné comme responsable d’un centre de transit et de triage (CTT), à Colbert (actuel Aïn Oulman), relevant de saint Arnaud (El Eulma) durant toute la période de son service militaire, du 1er mai 1959 au 18 février 1960.

98La réalité à laquelle, il va être confronté, en tant que responsable de ce CTT, sera humainement et moralement l’une des plus éprouvantes pour ce jeune catholique de profonde conviction religieuse, allergique aux méthodes de justice expéditives et aux pratiques d’avilissement de la personne humaine.

99Il va donc, à sa manière et différemment à ses maîtres Henri Marrou et André Mandouze, mener son propre combat ; celui-ci, sur le terrain des réalités de la guerre et des souffrances. On peut d’ailleurs constater à travers la correspondance à ses parents combien les textes chrétiens fondamentaux et en particulier la pensée augustinienne étaient présents dans le quotidien de sa vie de chrétien et de soldat.

100Neuf mois durant lesquels il partageait son temps entre la préparation de sa thèse, grâce aux nombreux ouvrages et revues que lui envoyait régulièrement sa mère et, la passion à soulager la misère et la souffrance des détenus, parmi lesquels, il va nouer de solides amitiés. En janvier 1960, les colis de Noël que lui envoya sa mère, il les fit distribuer comme cadeaux dans les cellules du camp.

101Sa compassion et sa très grande sensibilité à la souffrance humaine, lui vaudront la reconnaissance des moudjahidines de la région, à tel point qu’un responsable de l’ALN de la région Aurès- Nememchas (Wilaya I), délivrera en juin 1962 à P.-A. Février un « Ordre de mission pour motif de ... "Recherches archéologiques". »

102Le 13 février 1960, il est rendu à la vie civile. Le 19 février, il est chez lui à Fréjus. À peine arrivé il entreprend la rédaction de son rapport pour le Comité International de la Croix Rouge (CICR), dans lequel il témoigne des dures conditions de vie dans le camp de Colbert, et qu’il envoie à Genève, le 17 avril 1960. (Cf. rapport en annexe de l’ouvrage).

103Une année plus tard, il effectuera du 14 avril au 22 mai 1961, en tant que civil cette fois-ci, un premier séjour à Sétif où il dirige des fouilles archéologiques, notamment celles de la nécropole et des basiliques qui seront le sujet de sa thèse secondaire, (Fouilles de Sétif. Les basiliques chrétiennes du quartier Nord-Ouest. Paris, Ed. du CNRS, 1965. » Il est parallèlement, l’adjoint de Jean Lassus, qui le charge de la revue Lybica.

104À partir de novembre 1961, P.-A. Février devra également partager son temps entre Sétif et Alger pour aider Lassus à préparer la mise en place du futur Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne (le CRAM) que le CNRS entend créer à Alger.

105Ses lettres du printemps 1962 décrivent énergiquement le chaos dans lequel l’OAS avait fait plonger l’Algérie.

  • 30 Benkada, Saddek, "Gabriel Camps : un Préhistorien dans l’histoire (1927-2002)", Insaniyat, n° 19-20 (...)

106Les premiers jours d’euphorie générale de l’indépendance de l’Algérie, P.-A. Février les vit en direct à Sétif. La première lettre post-indépendance qu’il envoya à ses parents est datée du 8 juillet 1962. Le mois d’août 1962, il le passa en Oranie, notamment à dans la région de Tlemcen où, il fait de nombreux relevés à Lamoricière (Ouled Mimoun) dans la propriété de Courtot, (malencontreusement orthographié "Courtol"), encore présent sur les lieux ; là où précisément Gabriel Camps fit ses premiers pas d’archéologue en 194230.

107Dans sa lettre du 22 août 1962, il relate le voyage de retour à Alger (p. 452), « Nous sommes rentrés par Oran, très vide, calme. Peu de traces de la guerre. Les réservoirs qui ont brûlé font une tache noire sur le port mais seulement une tache. L’OAS a été incapable de tout détruire. De-ci, de-là, des lycées, des écoles brûlés, quelques bureaux. Mais cela est peu. On peut dire que, malgré tant de bruit, le dégât matériel est faible, mais les conséquences, psychologiques, de cette folie continuent de faire souffrir le pays. Nous avons suivi une route très pittoresque pour rejoindre Alger par Mostaganem, Ténès, Cherchell, avec des arrêts pour voir Portus Magnus (St-Leu) et un port romain où a fouillé Marcillet. Vu de loin le camp de prisonniers de St-Leu... ».

108Aux mois de novembre et décembre 1962, il effectue son deuxième séjour de fouilles à Sétif où, il élira domicile à l’hôtel de France. Cette fin d’année, est marquée par l’annonce officielle de la création à Alger du CRAM (Centre de recherches sur l’Afrique méditerranéenne).

109Les lettres et les notes de cahier qu’avait laissées P.-A. Février n’appartiennent pas au genre très particulier de lettres de soldats en Algérie ou des témoignages rédigés après coup. Cet ensemble d’où se dégage une puissance de témoignage et d’analyse, P.-A. Février n’a probablement jamais envisagé de le rassembler pour en faire un ouvrage et le publier. Ces écrits et plus particulièrement sa correspondance, sont étonnants par la lucidité du regard qui ne pouvait être que celui d’un homme de foi doublé d’un homme de science, n’oubliant « jamais qu’il était historien » (P. Vidal-Naquet, préface p. II), qu’il porte sur les événements et les hommes des deux communautés en conflit, à des moments cruciaux de leur destin, entre avril 1959 et l’été 1962. Comment ne pas dire avec Pierre Vidal-Naquet « combien sa foi l’a éclairé dans une volonté de justice qui éclate dans chacune de ces pages » (Préface, p. IV)

110La découverte de l’Algérie par P.-A. Février en 1959, d’abord comme soldat, puis comme archéologue, s’était très vite mutée en passion. Depuis, il a toujours gardé des liens très étroits avec l’Algérie où il comptait de nombreux amis. Son rêve le plus cher, le dit si justement J.-M. Guillon, c’était d’essayer, « de faire en sorte que le passé et son étude soient un lien entre les deux rives de la Méditerranée. Il aurait souhaité que l’Algérie n’oublie pas ses racines chrétiennes et ne mutile pas son histoire. Il en suivait l’évolution non sans inquiétudes » (Intrd., p. 40).

111Pour conclure nous dirons qu’à travers la lecture croisée de ces trois "Apotres de la paix", nous avons voulu rappeler que, par leur combat et leurs écrits, ils avaient au détriment de leur carrière et au risque de leur vie, apporté la preuve irréfragable que la cause pour l’indépendance de l’Algérie, n’était ni une affaire de religion ni une affaire d’intérêts politiques, encore moins celle d’un placement idéologique négociable et monnayable en temps voulu.

112Il en fut ainsi de nombreux militants européens de la cause algérienne de quelques bords qu’ils soient : chrétiens, juifs, communistes, anarchistes, militants des droits de l’homme, jeunes réfractaires etc. C’est cette réunion dans la tragédie puis dans l’espérance qui a scellé au-delà de toutes les horreurs de la violence coloniale, plus que de l’interpénétration culturelle et sociologique, l’amitié entre les deux peuples.

Haut de page

Notes

* C’est en préparant le présent numéro, que la Rédaction d’Insaniyat a appris avec consternation le décès du professeur Mandouze André, survenu le lundi 05 juin 2006 à Porto-Vecchio (Corse du Sud). En cette pénible occasion, la Rédaction de la revue présente à sa veuve Madame Mandouze Jeannette et à ses enfants qui ont partagé avec André toutes les épreuves dans sa lutte pour l’indépendance de l’Algérie, ses sincères condoléances et s’associe à tous ceux qui l’avaient côtoyé pour saluer la mémoire de ce grand ami de l’Algérie et grand spécialiste de Saint Augustin.

1 Cf. à ce propos les études fouillées sur la question :
- Bédarida, François et Fouilloux, Étienne (S. dir), La Guerre d’Algérie et les Chrétiens, Paris, CNRS, Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, cahier n° 9, octobre 1988.
- Nozière, André, Les Chrétiens dans la guerre d’Algérie, Paris, Cana, 1979.
- Fouilloux, Étienne, "Intellectuels catholiques et guerre d’Algérie (1954-1962)", in Rioux Jean-Pierre et Sirinelli Jean-François (S. dir.), La Guerre d’Algérie et les intellectuels français, Paris, CNRS, Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, cahier n° 10, novembre 1988, pp. 53-78 ; Paris, Ed. Complexe, 1991.

2 Les ouvrages précédents publiés en hommage à Paul-Albert, Février :
- La Méditerranée de Février, Paul-Albert, École Française de Rome et Université de Provence, Rome ─ Aix-en-Provence, 2 vol. , 1996, 1262 p.
- Paul-Albert Février parmis nous, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004, 400 p., pp. 192-194.
- Provence historique, fasc. 167-168, janvier-juin 1992, numéro spécial « Autour de Paul-Albert Février ».

3 Février, Paul-Albert, Parmi nous, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004, 400 p., pp. 192-194.
Reproduit, in, Guillon, Jean-Marie, Paul-Albert Février. Un Historien dans la guerre d’Algérie, un engagement chrétien 1959-1962, Paris, Éd. du Cerf, 2006, 525 p., Préface par Pierre Vidal-Naquet, postface par André Mandouze (pp. 517-519).

4 Michelet, Edmond, Contre la guerre civile, Paris, 1957.

5 Marrou n’aura la possibilité de visiter l’Algérie qu’en 1963. Accompagné de sa femme Jeanne, il fut invité par André Mandouze, alors, directeur de l’Enseignement supérieur, à faire une conférence à l’université d’Alger sur saint Augustin. Cf. Mandouze, André, Mémoires d’Outre-siècle, t. II, 1962-1981. À gauche toute, bon Dieu !, Paris, Éd. du Cerf, 2003, p. 75.)

6 Mayeur, J.-M. et Pietri, C., Crise de notre temps et réflexion chrétienne (de 1930 à 1975), Paris, Beauchesne, 1972.

7 Riché, Pierre, Marrou, Henri-Irénée, historien engagé, op. cit. p. 240.

8 Ibid., p. 241.

9 Ibid. p. 241.

10 Vidal-Naquet, Pierre, Mémoires. Le trouble et la lumière, Paris, Le Seuil, La Découverte, 1998, p. 284.

11 Mandouze, André, Mémoires d’Outre-siècle, t.I, D’une résistance à une autre, Paris, Viviane Hamy, 1998, p. 243.

12 Cf. les Actes du symposium de Bordeaux, publiés à Paris, Maisonneuve et Larose 1957, pp. 115-116.

13 En plus des travaux qu’il publia en collaboration avec Henri Marrou, André Mandouze consacra bon nombre de ses contributions à la vie et à l’œuvre de son maître et ami :
- (En collaboration), « Problèmes généraux de l’onomastique chrétienne », Colloque international d’onomastique latine, Paris, 13-15 octobre 1975, Paris, CNRS, 1977, pp. 429-435.
- « Henri Marrou », Le Monde, 14 avril 1977.
- « Henri-Irénée Marrou (1904-1977) », Revue des Études Latines, t. LV, 1978, pp. 33-36
- « Henri-Irénée Marrou », Encyclopaedia Universalis, 1978.
- « La Retractatio de sa thèse », communication inédite, présentée au colloque Présence d’André Marrou, 27-28 mai 1978.

14 « Impossibilités algériennes ou le mythe des trois départements », par Mandouze, A., in, Esprit, juillet 1947, pp. 10-30.

15 La version complète de cet appel paraîtra dans le numéro 1 de "Consciences Algériennes" (reproduit in, Collot, Claude et Henry, Jean-Robert, Le Mouvement national algérien. Textes 1912-1954. Alger, 2 éd., OPU ; Paris, L’Harmattan, 1986.

16 Tandis que le Dr Alexandre Chaulet était le représentant à Alger de la CFTC (Confédération Française des Travailleurs Chrétiens) ; son fils, Pierre Chaulet (né en 1930), responsable scout, fonde en 1952 L’AJAAS (Association de la jeunesse algérienne pour l’action sociale).

17 À propos de ces revues, voir la très riche étude qui leur a été consacrée par Henry Jean-Robert : « Consciences Algériennes et Consciences Maghrébines : de l’anticolonialisme à l’engagement national », Alger, RASJEP (Revue algérienne des sciences juridiques, économiques et politiques), n° 4, 1978, pp. 745-765.

18 Éditorial d’André Mandouze, intitulé "Trop virulents ?" dans Consciences Algériennes, n° 2, février-mars 1951.

19 Voir également son article publié dans Monde Ouvrier du 29 décembre 1956, "Supplément politique à un petit stage à la Santé", en partie reproduit par Le Monde daté du même jour.

20 Fouilloux, Étienne, "Intellectuels catholiques et Guerre d’Algérie (1954-1962)", in, Rioux Jean-Pierre et Sirinelli Jean-François (S. dir.), La Guerre d’Algérie et les intellectuels français, Paris, CNRS, Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, cahier n° 10, novembre 1988, pp. 53-78 ; Paris, Ed. Complexe, 1991, pp. 53-78.

21 Stora, Benjamin, "Une censure de guerre qui ne dit pas son nom : Algérie, années 1960", Censures, Paris, Bibliothèque publique d’information, Centre Georges Pompidou, 1987, pp. 46-56.

22 Mandouze, André, La Révolution algérienne par les textes. Paris, 1ère éd. février 1961, 3è éd. 1962, Paris, F. Maspéro. Cité, in, Mandouze, André, Mémoires d’Outre-siècle, t. I, D’une résistance à une autre, Paris, Viviane Hamy, 1998, p. 342.

23 Daniel, Jean, De Gaulle et l’Algérie, Paris, Seuil, 1986.

24 Journal Officiel de l’État Algérien, n° 47, 12 juillet 1963. On y trouve également les nominations le 13 juin 1963, de Abdelkader Mahdad, directeur des Affaires culturelles ; Mohamed Djidjelli, directeur de l’enseignement, Embarek Amazouz, directeur de l’Institut Pédagogique National et Tahar Tedjini, proviseur au Lycée de garçons de Kouba.

25 Études augustiniennes, 1968.

26 Pérennès, Jean-Jacques, Chrétiens en Algérie. Un souvenir de l’époque coloniale ou l’ébauche d’un nouveau visage de l’Église dans le monde ?, Centre Lebret, série « Christianisme, cultures et idéologie », 1977.

27 Meynier, Gilbert, Histoire intérieure du FLN 1954-1962, Paris, Fayard, 2002, p. 478.

28 Actes du IIIè Congrès d’Histoire et de la Civilisation du Maghreb, Oran, 26-27-28 novembre 1983, "Le monde rural maghrébin, communautés et stratification sociale, t. 2, Alger, OPU, 1987, pp. 29-39.

29 Jean Müller, membre des Scouts de France "Routier", rappelé en 1956 en Algérie où il débarque le 17 juin 1956. Il dénonce devant une délégation parlementaire en tournée en Algérie comment sous le pseudo nom de "Pacification", les atrocités et les sévices les plus inhumains étaient pratiques courantes contre les populations algériennes dans les unités de son secteur. Cela, ne lui fut jamais pardonné par l’etablishment militaire. Sa mort au combat le 27 octobre 1956 à Tablat demeure encore du domaine du mystère. Certains témoignages émanant de ses camarades présents sur les lieux du combat auraient avancé l’hypothèse qu’il aurait été exécuté sur l’ordre de ses chefs parce qu’il était un témoin embarrassant. Cf. "Dossier Jean Müller" préparé par Témoignage chrétien, 1957.
Les soldats du contingent victimes des attentats de l’OAS n’ont pas encore fait l’objet d’une étude d’ensemble. Pour notre part nous sommes en cours de préparation d’une recherche du niveau des archives de l’État-civil d’Oran portant sur la recension des soldats du contingent abattus entre janvier et juin 1962 par l’OAS.

30 Benkada, Saddek, "Gabriel Camps : un Préhistorien dans l’histoire (1927-2002)", Insaniyat, n° 19-20, "Historiographie maghrébine : champs et pratiques", janvier-juin 2003, pp. 133-142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saddek Benkada, « Henri-Irénée MARROU, André MANDOUZE, Paul-Albert FÉVRIER... ou l’engagement politique des intellectuels chrétiens durant la Guerre de libération algérienne (1954-1962) », Insaniyat / إنسانيات, 31 | 2006, 147-175.

Référence électronique

Saddek Benkada, « Henri-Irénée MARROU, André MANDOUZE, Paul-Albert FÉVRIER... ou l’engagement politique des intellectuels chrétiens durant la Guerre de libération algérienne (1954-1962) », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 31 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://insaniyat.revues.org/9881

Haut de page

Auteur

Saddek Benkada

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CRASC

Haut de page